Surenchère: phénomène répandu à Montréal

La croissance des prix s'est nettement accélérée en 2017: l'augmentation du prix médian des unifamiliales (310 000 $) a été de 7 %, et déjà de 5 % en 2018. Il s'agit de la plus forte hausse de prix en sept ans!

​De plus, on observe une pression accrue sur les prix et les situations d'offres multiples sont plus fréquentes ce qui mène au phénomène de surenchère (lorsqu'une vente est réalisée à un prix supérieur au prix demandé).

​Faits reliés à la surenchère:
​​--- Les plex sont tellement prisés que les prix de vente de plus du quart des transactions a dépassé le prix demandé;
​--- À Montréal, les acheteurs ont payé en moyenne 15 072 $ de plus que le prix demandé par les vendeurs.

Intéressant? Demandez une évaluation dès maintenant!

Une rare situation de guerres d'enchères immobilières à Montréal

Le marché de l'immobilier en plein essor à Montréal a engendré des guerres d'enchères, un phénomène courant au cours des dernières années sur les marchés frénétiques de Toronto et de Vancouver, mais un phénomène rare dans la deuxième plus grand ville du Canada.

Un mélange d'un haut taux d'occupation, d'une économie québécoise solide et d'un afflux d'acheteurs étrangers a fait en sorte que les prix des propriétés dans le Grand Montréal ont dépassé la moyenne nationale pour la première fois en sept ans.

Contrairement aux performances mitigées des marchés de Toronto et de Vancouver, qui ont tendance à dominer les manchettes, le marché montréalais est sur une trajectoire solidement à la hausse.

La Chambre immobilière du Grand Montréal a déclaré que les ventes de propriétés avaient augmenté en juillet pour un 41e mois consécutif, atteignant un sommet de huit ans pour le mois. Le prix médian des maisons unifamiliales a augmenté de 6% par rapport au même mois de l'an dernier à 336 250$, ce qui demeure beaucoup moins élevé qu'à Toronto, le plus grand marché canadien, où le prix moyen des maisons était de 782 129$ en juillet.

La situation de guerre des enchères -dans laquelle l'intérêt pour une propriété est si fort que les vendeurs peuvent solliciter des prix supérieurs au prix demandé de plusieurs acheteurs et choisir la meilleure offre- est particulièrement forte dans l'ouest de l'île de Montréal, où près du quart des maisons ont été vendues à un niveau supérieur au prix affiché au deuxième trimestre, selon Royal LePage.

Les vendeurs sur l'île de Montréal ont reçu des offres d'environ 15 000$ ou 3,5% de plus que le prix demandé, a indiqué Dominic St-Pierre, directeur principal de Royal LePage au Québec.

"La situation va probablement s'aggraver avant de s'améliorer, la demande est toujours plus forte et l'inventaire continue de baisser et il va probablement continuer de baisser durant six à neuf mois avant de se stabiliser" a-t-il soutenu.

La perspective de nouvelles hausses des taux d'intérêt, de nouvelles inscriptions et de la construction de nouvelles habitations finira par équilibrer le marché et allègera la pression sur les acheteurs, a-t-il ajouté.

Il faut remonter à dix ans pour un tel marché des vendeurs à Montréal, avant la crise financière.

Pour les acheteurs, la guerre aux enchères peut être un processus extrêmement stressant et coûteux, mais pour les vendeurs, cela présente d'énormes occasions de gagner de l'argent.